Notre croissance physique est portée par un élan de vie commun à tous les êtres vivants, mais notre croissance spirituelle relève d’un choix et d’une intention

Il y a en nous comme chez les animaux et les plantes un élan de croissance puissant. La manière dont les racines peuvent faire éclater le bitume, les capacités d’adaptation des êtres vivants, la résilience des personnes qui ont subi des traumatismes en témoignent. Si l’élan de vie et de croissance semble inscrit dans nos gènes, la croissance spirituelle est plus subtile. Selon la pyramide des besoins, elle vient en dernier, après les besoins corporels, de sécurité, d’appartenance et d’estime. Elle est un besoin variable selon les personnes et les situations, et peut prendre des chemins très divers.
Selon l’apôtre Paul, notre vie de chrétiens est enracinée dans le message de Jésus, qui est une dynamique de croissance. L’apôtre nous appelle à construire toute notre vie sur le Christ. Si notre croissance physique se fait dans notre corps « à l’insu de notre plein gré », notre croissance spirituelle dépend de notre volonté et de l’orientation que nous voulons lui donner. Paul nous indique la direction de la croissance chrétienne : la ressemblance au Christ.

« Nous tous, le visage découvert, nous reflétons la gloire du Seigneur ; ainsi, nous sommes transformés pour être semblables au Seigneur et nous passons d’une gloire à une gloire plus grande encore. Voilà en effet ce que réalise le Seigneur, qui est l’Esprit » (II Corinthiens3, 18).

Cette croissance chrétienne est à la fois fruit de notre recherche et don de Dieu. La Réforme nous a appris que la croissance spirituelle ne repose pas sur nos efforts, mais qu’elle est l’oeuvre de Dieu, en réponse à la confiance que nous mettons en lui. Cette croissance, à l’inverse de celle de notre corps, ne s’arrête pas au début de l’âge adulte.

Autonomie n’est pas individualisme

Les Réformateurs, forts de la conviction que tous les croyants peuvent lire et comprendre la révélation divine contenue dans la Bible, l’ont traduite dans la langue du peuple et imprimée largement. Ils ont contribué ainsi à faire sortir les croyants de la dépendance qu’ils avaient envers les autorités de l’Eglise. Chacun avait désormais accès à la Bible dans sa langue, sans dépendre de l’interprétation autorisée par la hiérarchie ecclésiastique.

Mais pour les Réformateurs, autonomie ne signifie pas individualisme. C’est ensemble, en partageant, en discutant, que l’on parvient à une juste compréhension du message divin. C’est pourquoi aujourd’hui encore, l’Eglise protestante propose, en plus de la lecture individuelle, des démarches de groupe. Elles ne sont pas le lieu de la dispensation du savoir autorisé par l’Eglise, mais bien un lieu d’échange et de recherche commune.

Une brochure en quatre parties

Pour nourrir et stimuler votre croissance spirituelle, la formation des adultes de notre Région vous propose diverses démarches en groupes.  Mais pouvons- nous intéresser de nouvelles personnes à la croissance spirituelle dans l’optique chrétienne ? C’est ce que l’équipe des formateurs a tenté en saisissant l’occasion du jubilé de la Réforme pour créer la « Cuvée de la Réforme » et organiser des activités chez les vignerons participant au projet.

Vous trouverez dans la brochure « Formation des adultes » de la Région quatre parties : une avec les conférences et parcours habituels, une partie Cuvée de la Réforme, une partie d’activités paroissiales ouvertes à la Région et enfin une partie listant des rendez-vous réguliers de méditation, de prière et de lecture partage biblique. Ainsi vous pourrez trouver, nous l’espérons, ce qui vous convient et qui répond à vos besoins.

Les offres seront aussi disponibles sur le site formationmorgesaubonne.eerv.ch dès le 15 septembre.

François Paccaud,