Mardi 24 avril 2018

Envie d’être le chef ? (Ephésiens 5,21-33)


Lire le texte

Voilà bien un texte inaudible au premier abord pour une féministe qui croit profondément en l’égalité des sexes ! Un acquis certes encore fragile de notre société occidentale. Une réalité bien lointaine dans de nombreux autres pays du globe. Que faire alors ? Balayer le récit d’un revers de main, prétextant que le contexte de Paul dépassé n’a plus rien à nous dire ? Ou faire confiance à ce Dieu dont la Parole, pour nous atteindre, traverse les mots d’un être humain partiel et partial, mais le dépasse toujours ? La théologienne croyante que je suis choisit la deuxième option. Au-delà des mots où est le Verbe ? Le cœur de cette lettre est l’enseignement de la profondeur de l’amour du Christ. Ainsi, l’auteur tente de l’appliquer aux relations conjugales et donc à les transformer. Car si la femme doit encore se soumettre à son mari, c’est dans cet esprit d’amour. Et si le mari est son chef, c’est à l’image du Christ avec les siens. Autrement dit par le service, l’accueil inconditionnel, le non-jugement, la tendresse, le pardon toujours offert. Soumission ou pas, au fond la question essentielle n’est pas là ! L’auteur ne cherche-t-il pas à montrer comment l’Evangile renverse justement nos rapports les uns envers les autres, quel que soit leur contexte ?

Carolina Costa

Prière: Mon Dieu, aide-moi à regarder mon partenaire de vie comme mon propre être. L’autre, c’est moi, l’autre c’est toi.  

Référence biblique : Ephésiens 5, 21 - 33

Commentaire du 25.04.2018
Commentaire du 23.04.2018