Antoine de Saint-Exupéry écrivait : « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible ». Un principe mis en action par DM-échange et mission et l’EPER avec leur campagne d’automne 2018 « Sillons d’espoir ».

 

En Colombie, les femmes luttent pour une vie plus digne.

« L’homme est limité, l’Evangile lui ouvre un chemin de confiance »

Les sillons ouvrent des tranchées dans la terre nourricière pour y semer le grain portant l’espoir d’une récolte à venir. Ils dessinent aujourd’hui déjà ce que nous souhaitons vivre dans le futur. Avec son nouveau slogan « Sillons d’espoir », la campagne d’automne DM-EPER 2018 s’inscrit dans cette vision empreinte d’espoir et de détermination.

Si nos rêves et nos besoins diffèrent en Suisse, au Mozambique ou en Colombie, nous portons tous en nous des projets pour demain et nous vivons en préparant l’avenir, par exemple en semant son champ dans l’espoir d’une moisson, en étudiant en vue de passer un examen, en se formant pour progresser dans la vie.

L’expression « sillons d’espoir » évoque les chemins qui amènent une personne ou un groupe à réaliser ce qu’ils désirent et planifient pour demain. En tant que fils et filles aimé(e)s de Dieu, nous sommes conscients de ce que Dieu souhaite pour ses créatures, de ce qui peut se réaliser à chaque moment par l’action de son Esprit. L’homme est limité, l’Evangile lui ouvre un chemin de confiance en lui rappelant qu’en Christ, Dieu est avec lui, qu’il est à ses côtés. Il est ainsi béni, fortifié dans son espérance et peut tracer les sillons de l’avenir. Gagner en estime de soi, penser, agir, faire naître et réaliser les « œuvres que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions » (Eph 2.10), telle est l’espérance.

La campagne d’automne nous invite à découvrir ces sillons d’espoir en Colombie et au Mozambique. Que peuvent bien avoir en commun ces deux pays ? Hormis le fait qu’ils se trouvent à plus ou moins 8 000 kilomètres de la Suisse, on pourrait penser que les similitudes sont minimes. Pourtant, à y regarder de plus près, les conditions de vie des uns et des autres se ressemblent. En Colombie, des femmes luttent contre la malnutrition et revendiquent leur droit à l’alimentation pour pouvoir nourrir leur famille. Au Mozambique, où le développement peine à avancer, les hommes et les femmes aspirent à une vie digne, pour eux et les leurs. Face aux inégalités, DM-échange et mission et l’Entraide protestante suisse (EPER) apportent un soutien concret et durable. Des formations, des crédits, des conseils ou des semences : de quoi faire germer l’espoir de meilleurs lendemains. En Colombie et au Mozambique, nous traçons ensemble des sillons d’espoir. Avec le soutien des paroisses et des particuliers, les œuvres d’entraide et leurs partenaires sur le terrain peuvent appuyer celles et ceux qui en ont besoin. Cela peut faire une grande différence.  

Michel Durussel, pasteur